• Paroles d'athletes

      

    Le RAC champion de France sur 10km                                                     Paroles d'athletes 

    Comment clôturer en beauté une saison qui avait vu les coureurs de Sciences Po s’emparer de tant de titres de gloire ? Telle est la question qui tourmentait d’autant plus les membres du RAC que les jours étaient comptés avant que les révisions les absorbent et que les vacances les dispersent aux quatre vents. Heureusement, une dernière date brillait dans le calendrier qui leur permettrait d’asseoir définitivement leur renommée. 

     Le mercredi 1er mai, en cette fête récompensant habituellement le travail par une grasse matinée, la fine fleur du RAC était présente dès 7h aux abords du stade George Hébert, guettant l’arrivée du fourgon du coach José, reconverti pour l’occasion en convoyeur (de coureurs) de fond. La précieuse cargaison ayant été bien installée, le sommeil s’assura que pas un ne bougerait jusqu’à l’arrivée des Parisiens au fin fond de l’Essonne, dans une bourgade suffisamment coupée du monde pour mettre en scène sans choquer les souffrances des championnats de France de 10km sur route.

     Arrivés en avance, mais sans les papiers qui devaient leur permettre de courir, les athlètes ne durent de constituer leurs deux équipes qu’à la ruse du capitaine et à la technologie iphone© permettant de générer des certificats médicaux en temps réel. L’avance que leur avait conféré le sacrifice de leur sommeil s’étant rapidement évanouie, le départ fut donné avant même les premières étincelles de l’échauffement, et alors que certains n’étaient pas encore alignés sur le départ…

     Heureusement, Jean, Daniil et Joachim étaient à l’affût, et à peine le coup de pistolet avait-il retentit qu’ils se faufilèrent à travers la mêlée pour intégrer le groupe de tête. A la sortie du village, les murs décrépits n’offrirent plus aucun abri aux coureurs, et le vent violent qui soufflait à travers champs fit exploser le groupe de tête en deux, avec à l’avant une quinzaine de coureurs serrés les uns contre les autres, et juste derrière eux un amas de naufragés qui tentaient de les suivre en ordre dispersé.

     Sans surprise, Jean et Daniil faisaient partie de la locomotive, qui maintint un rythme infernal tout au long de la course. Cependant, à l’étonnement général, un coureur de Polytechnique visiblement déçu du rythme décida au 6e kilomètre de lâcher ses petits camarades, et la bête humaine ne fut pas rattrapée. Les places se distribuèrent ensuite au sprint final, particulièrement vicieux car au moment où, rentrant sur le stade, les coureurs pensaient voir s’achever leur calvaire, un tour de piste supplémentaire leur était encore réservé. C’est en profitant de la destruction morale que provoqua chez Joachim ce coup de Jarnac qu’une petite éthiopienne haute comme trois pommes contre laquelle il avait lutté durant plusieurs kilomètres le doubla sur la ligne d’arrivée, se classant première féminine.  

    Paroles d'athletes

    Les coureurs du RAC se réunirent alors progressivement après l’arrivée, accueillant Arnaud qui signait un 10km conforme à ses objectifs, puis Laurent parti un peu en retard, et enfin Alexandra et Manon qui n’étant pas sur leur distance de prédilection firent néanmoins honneur au RAC. Avant la remise des prix, l’heure fut à la détente dans le cadre idyllique des stands dédiés au bien-être des coureurs, servant ici un jus de fraise et menthe bio, distribuant là une bouteille de jus de pomme, dispensant ailleurs des massages de dos, et offrant même des manteaux conservant les corps d’athlètes au chaud.

    Paroles d'athletes

    Enfin, les résultats furent annoncés dans un suspens glaçant. Jean, la machine de guerre du RAC, monta sur la troisième marche de ce podium des championnats de France de 10km avec son temps de 33’37. Cependant, l’X faisait monter sur la première marche du podium son ancien cycliste « qui s’était mis à la course à pied en prépa » (sic) et sur la deuxième marche du podium féminin une de ses filles. Le RAC qui était venu pour la victoire en équipe tremblait, car si les temps de Daniil en 34’00 et de Joachim en 35’52 leur laissait une chance, Alexandra, la meilleure fille de l’équipe, était tout de même distancée par celle de l’X. Les équipes furent peu à peu appelées sur le podium, et les espoirs du RAC s’effondrèrent lorsque Polytechnique monta sur la deuxième marche du podium, car les sciences-pistes avaient revu leurs ambitions à la baisse, espérant au moins la deuxième place. Cependant, à la plus grande joie des RACeux, tout étonnés de ce qu’ils entendaient, c’est bien Sciences Po Paris qui fut déclaré champion de France de 10km !

    Paroles d'athletes

    Paroles d'athletes 

     Joachim